samedi 12 décembre 2015

Chronique 5 : Red Queen



Titre : Red Queen
Auteur: Victoria Aveyard
Édition: MSK
Pages: 444 pages

Synopsis: 

NOTRE ARMÉE SE LÈVERA,
AUSSI ROUGE QUE L'AUBE.
« Les Argents n’ont rien à craindre de nous, les Rouges. Tout le monde le sait. Nous ne sommes pas leurs égaux, même si rien ne nous différencie en apparence. Le seul signe distinctif, extérieur en tout cas, est que les Argents se tiennent bien droit, tandis que nous avons le dos courbé par le travail, l’absence d’espoir et la déception inévitable face à notre sort. »
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, passe ses journées à voler pour subvenir aux besoins de sa famille, jusqu’au jour où elle se découvre un pouvoir extraordinaire digne d’un Argent, et même d’un prince Argent. Dans la prise dorée du palais d’Archeon, elle apprend la duplicité pour tenter de renverser le couple royal et libérer ses semblables. 


Mon avis : 
J'ai adoré cette lecture. La couverture m'a attiré tout de suite, une couronne argentée, du sang rouge, tout ce qui donne envie de découvrir cette histoire. Ensuite, le résumé, celui là même qui a piqué ma curiosité, je devais lire ce livre. Je voulais en savoir plus sur les argents et les rouges. 
Les rouges sont pauvres, vivant dans des petits villages. Les argents, eux, ont la belle vie, enfin si on peut appeler ça comme ça. Ils ont des pouvoirs, de la fierté. Je trouve que grâce à cette différence, l'histoire ne suis pas le même schéma que les autres dystopie et ça apporte quelque chose de nouveau.  Trahison, colère, amour, tristesse, mensonge, surprise,  un mélange qui apporte énormément de rebondissement à l'histoire. 
L'auteure nous fait voyager dans son univers et nous permet de nous immiscer à la place de Mare. On apprend à connaître l'héroïne, son histoire, ses amis et surtout ses ennemis. On apprend à aimer et à détester. On apprend à se méfier. J'ai même eu par moment quelque larmes devant le mal être et la tristesse de Mare. Mais malgré sa grande naïveté, je l'ai adoré. 
Je regrette juste une chose, c'est de ne pas avoir le second tome sous la main, je vais devoir patienter jusqu'en février.